Le confinement fut

... et il commence doucement à craquer

Premiers jours... Traverser Saint-Omer à vélo est un plaisir. Quelques gendarmes à droite à gauche qui vous contrôlent avec le sourire. Le temps est beau, l’atmosphère étrange, pas de bruit... Des files commencent à se former à l’entrée des magasins, jour après jour, en fonction des recommandations gouvernementales. On regarde les gens qui se promènent avec des masques comme des pestiférés. Comme nous l’assènent à longueur de journée les journalistes zélés, ces appendices ne serviraient à rien, bien au contraire.

Les pâtes reviennent dans les rayons le matin, le soir elles ont disparu. Saint-Omer est à l’image de notre pays. Pas mal de panique... Des consignes imprécises ou l’absence de consignes. Le chef a disparu. Les parcs se ferment, on se demande pourquoi... Cette fermeture correspond soi-disant à d’autres mesures gouvernementales. On fermera même les jardins ouvriers, sans doute un problème de « gestes barrières » entre le jardinier et ses poireaux. L’état jacobin règne, même ici. Pas de différence entre l’est, l’ouest le sud ou chez nous. Les mêmes mesures pour tous, dans un souci d’égalité ou dans un manque d’imagination. Tout doit descendre de là-haut.

Au bout de trois semaines, les forces de l’ordre se déploient vers l’extérieur. Le confinement se délite, les gens se rendent compte que le coronavirus ne se trouve guère chez nous, même si notre grand quotidien régional se régale de titres racoleurs, exploitant le sentiment un peu morbide et voyeuriste des gens qui relaient les grands titres sur les réseaux sociaux... « Tu te rends compte... Je connais le garagiste qui, l’an dernier a changé les pneus de l’ambulance, qui a conduit un malade qui a failli avoir le Covid, à Helfaut, mais qui finalement ne l’a pas... Non mais quand même ! ».

La maladie ne frappe pas assez chez nous, le soleil plombe les journées d’un silence pesant. Les journées deviennent routines, les journées s’étiolent autour des heures. Il paraît que rien ne sera plus comme avant. Le soir, les gens applaudissent, comme heureux, accompagnés par les cloches de la Cathédrale qui se sont pourtant tues, le Vendredi saint...
Liberté, Egalité, Fraternité... Laïcité

Le marché disparaît et puis réapparaît, les consignes continuent à venir de là-haut. Les écoles ouvriront-elles dès ce début de mai ? Notre Ministre tout puissant de l’Education Nationale, qui n’en n’est plus à un renoncement près, nous a donné son plan de bataille. Combien de temps celui-ci tiendra t’il avant un énième changement ?

Les rues de Saint-Omer, au fur et à mesure de ce confinement qui durera sans doute encore un long moment, se dégradent malgré les efforts des employés de nettoyage qui tournent de plus en plus souvent. Certaines personnes, se sentant moins observées, balancent... Boîtes de thon, œuf durs, canettes, gants de plastique, masques... Les crottes de chien jonchent les trottoirs, les propriétaires de nos « amis à quatre pattes » s’en fichent... Les forces de l’ordre sont trop occupées à vérifier que l’on ne se promène qu’en famille. En famille d’ailleurs officielle... N’essayez pas de rencontrer votre ami-e, votre grand-père ou petite fille... Interdit !

Le confinement fut... Il commence à craquer, doucement, inexorablement. Le jacobinisme a sans doute du bon... Il n’est pas forcément la solution.

Surtout si l’on sent que le pouvoir est non pas dépassé, mais en tous cas absent. La communication virtuelle ne remplacera jamais la présence physique. Le confinement est sans doute une erreur pour les gens en bonne santé, surtout s’ils sentent que rien n’est prévu pour le faire cesser dans la sécurité.

...

François Régis

Cet article est l'opinion personnelle d'un rédacteur et n'engage pas toute la rédaction.

Publié le 22 avril 2020

L'Audomarois Alternatif est un média d’opinion local et indépendant.
Sans publicité, en accès libre.
Mentions légales

Alertez-nous

Transmettez-nous, en toute sécurité et confidentialité, vos informations, témoignages ou documents d’intérêt public.
CLIQUEZ ICI

Vous souhaitez écrire pour l'Audomarois Alternatif ?
Toute contribution est bienvenue ! Contactez-nous via Facebook.

La rédaction

Suivez-nous sur les réseaux !

Réagissez, commentez, partagez via nos Facebook et Twitter !