Et que viennent
les Jours Heureux !

« Le motif de base de la Résistance était l'indignation. »

« Le motif de base de la Résistance était l'indignation. »
Stéphane Hessel, « Indignez-vous ! »

Indignés de l’Audomarois : Gilets Jaunes, Verts, Rouges, Noirs, multicolores, anciens participants des Nuit debout, bénévoles–militants auprès des pauvres avec ou sans papiers, engagés ou non en politique, associatifs pour l’Environnement, pour la Santé, pour la Justice Sociale, participants aux manifs et aux ciné-débats, aux marches pour le climat, et tous ceux qui attendent l’heure de l’Appel, parce qu’on ne peut plus laisser le monde aller à sa perte : c’est le moment ! Le CNNR vient de naître.




Le Conseil National pour la Nouvelle Résistance se veut enfant des héros du CNR. Celui-ci, né au cœur du combat contre le nazisme, sous le double patronage du Général De Gaulle du 18 juin et de Jean Moulin (représentant général de la Résistance en janvier 42), avait deux missions : coordonner tous les groupes de Résistance du territoire, et écrire ensemble la France d’après, dans la réappropriation d’un destin commun qui prit nom des Jours Heureux.

Se battre ensemble, rêver ensemble pour bâtir ensemble. C’est bien ce programme écrit aux veilles angoissées de combats, mots de sang, de feu et d’amour fou, gravé au secret des âmes des poètes, déportés, paysans, torturés, ouvriers, fusillés, femmes et hommes héroïques, qui dessinera le visage souriant de la France d’après, selon ce beau principe de la solidarité nationale : chacun donne selon ses moyens, chacun reçoit selon ses besoins.

Pour la santé, pour les enfants, pour les anciens. Pour la démocratie et les libertés publiques. Pour protéger des prédateurs les richesses mises en commun : l’énergie, les assurances, les banques.

C’est ainsi que le 27 mai 1943 se tenait à Paris la première réunion clandestine du CNR, des représentants de réseaux, de partis et de syndicats différents. Ceux qui croyaient au ciel et ceux qui n’y croyaient pas. D’une même ardeur pour inventer le monde d’après.

Le 27 mai prochain, Journée Nationale de la Résistance, fera aussi date nous l’espérons, avec appel à tous ceux qui ont gardé comme horizon les Jours Heureux de rejoindre la Nouvelle Résistance, et lancement de comités locaux.

En effet le 14 mai dix femmes et dix hommes ont lancé le Premier Conseil National du CNNR. Parmi eux, derrière deux grands résistants, Anne Beaumanoir et Claude Alphandéry, aucun ponte de la politique, mais des chercheurs, artistes, travailleurs, militants engagés depuis toujours.

Face aux ravages du néolibéralisme qui prend la forme d’un pouvoir autoritaire destructeur, usant avec la crise de la stratégie du choc, il s’agit d’offrir à tous les mouvements de résistance, sociale et écologique, un point de ralliement, en dehors des syndicats et des partis, (mais non pas contre eux), afin de mener le combat, et ce d’abord en travaillant aux principes selon lesquels notre société doit être gouvernée, et obliger ensuite les politiques à s’engager vis-à-vis d’eux. Dans un deuxième temps, il s’agira de nourrir le plus largement possible ce programme, à partir des expériences partagées et propositions de chacun, afin qu’il soit le plus rapidement possible opérationnel.

Conscients de l’urgence à agir, nous attendons aussi avec impatience ce 27 mai, avec l’espoir que de nombreux comités locaux, notamment sur l’Audomarois, s’organisent afin de constituer autant de cellules vivantes de la Nouvelle Résistance, d’archipels organiquement reliés pour que circule la sève d’un Nouveau Monde, de résilience et d’entraide, de nouvelles relations plus justes, au sein de la grande communauté naturelle des vivants, comme entre les humains.

Et que viennent les Jours Heureux !
...

La rédaction

Cet article est l'opinion globalement partagée par l'ensemble des rédacteurs.

Publié le 21 mai 2020

L'Audomarois Alternatif est un média d’opinion local et indépendant.
Sans publicité, en accès libre.
Mentions légales

Alertez-nous

Transmettez-nous, en toute sécurité et confidentialité, vos informations, témoignages ou documents d’intérêt public.
CLIQUEZ ICI

Vous souhaitez écrire pour l'Audomarois Alternatif ?
Toute contribution est bienvenue ! Contactez-nous via Facebook.

La rédaction

Suivez-nous sur les réseaux !

Réagissez, commentez, partagez via nos Facebook et Twitter !